Expertise Politique

Relations Presse x Politique : un conflit permanent

Les Relations Presse le principal moyen de créer une image positive et crédible.

 

En effet, dans le domaine politique, les Relation Presse sont un élement essentiel dans la construction ou la consolidadtion de l’image/réputuation et d’un agenda positifs. Aussi, elles font partie des stratégies les plus importantes pour influencer de façon positive l’opinion publique. Toutefois, cela requiert une bonne organisation de l’équipe de communication et de la stratégie qui sera adoptée, au cours d’un mandat, d’une campagne électorale, etc.

 

Relations Presse et mediateurs de l’information

Très souvent, on entend dire qu’un journaliste a dénaturé les propos d’une personne interviewée, quelle qu’ait été son intention. Délais insuffisants, connaissances basiques (ou manque de connaissances spécifiques sur un domaine particulier), sont entre autres les principales causes qui engendre ces mauvaises interprétations. D’ailleurs, cela reflète la relation pas toujours facile entre la société en général et les médiateurs de l’information en particulier.

 

D’autre part, s’éloigner de la presse c’est oublier qu’elle constitue un moyen important de publicité dont peut bénéficier un gouvernement ou un homme politique, par exemple, et qu’elle peut offrir un appui significatif à vos efforts de marketing politique.

 

Dans cet article figurent quelques conseils prodigués par les agences de Relations Presse à leurs clients pour un bon rapport avec les médias. Les suggestions visent à faciliter leurs relations avec la presse, afin que les candidats soient connus de manière positive par le plus grand nombre de personnes. Nous ne prétendons évidemment pas épuiser le sujet, encore moins dicter des règles.

 

Le travail d’attaché de presse est utile aujourd’hui à tout domaine d’activité nécessitant l’amélioration de son niveau de communication avec un public donné : sociétés publiques ou privées, entités gouvernementales, politiciens et candidats, patronat ou syndicats de travailleurs, associations de classe, travailleurs indépendants, institutions culturelles, sportives et de divertissement, entre autres. Les directives à suivre s’appliquent donc à chacune des entités suscitées.

 

Relations Presse dans le domaine politique

 

En général, les Relations Presse commenceent par un Press Release (matériel d’information – communiqué de presse), un Press-kit (dossier presse – ensemble de textes, photos et autres supports pour la diffusion des évènements et conférences la plupart du temps) ou la suggestion d’un agenda, sont autant de produits préparés et distribués par le bureau de presse.

 

Le mailing (liste des journalistes) auquel ces supports peuvent être envoyés est soumis à l’intéressé, qui doit, à son tour, fournir les contacts personnels de journalistes ou organes de presse qu’il juge intéressants afin de monter un mailing commun. En cas de demande d’informations, d’images et/ou d’interviews par des journalistes, le responsable des Relations Presse doit pouvoir répondre positivement aux sollicitations et servir d’intermédiaire entre la presse et l’homme politique ou l’institution.

 

Conseils

Avant tout, il faut souligner que l’équipe de Relations Presse est la principale source d’informations du journaliste pour aborder les sujets concernant l’homme politique ou l’institution qu’elle est censée représentée. L’opinion de l’homme politique, la vision politique, les activités réalisées au cours d’un mandat, les projets en cours, les crises politiques, etc., tout ceci doit faire l’objet d’analyse avant une insertion dans les médias. 

 

Ainsi, le contact avec les journalistes est la meilleure opportunité de donner de la visibilité à une institution ou un politicien. Alors, comment bien coordonner les activités des Relations Presse ?

 

Que faire :

 

  • Informer le service de presse quand un journaliste vous contacte directement, sollicitant des informations et/ou une interview.
  • Toutes les interviews, mêmes celles qui semblent sans importance, doivent être prises en compte.
  • Traiter le journaliste avec cordialité: nul besoin de faire preuve de supériorité ou de flatter.
  • Parler avec clarté et objectivité, afin d’éviter des interprétations erronées du journaliste. Soyez didactique, car le journaliste n’est pas forcément un expert dans votre domaine de connaissance.
  • Souligner les points principaux du sujet dès l’entame de l’entretien et revenir sur les points basiques à la fin, de sorte à renforcer l’essence du thème.
  • Eviter les expressions hermétiques ou techniques, tout comme les acronymes ou abréviations inhabituelles.
  • Nul besoin de rédiger un discours, mais il est utile d’avoir des notes pour vous aider dans la conduite de vos réponses.
  • Réunir le plus grand nombre d’informations possible sur le thème à aborder. Se préparer pour l’entrevue.
  • Chercher à être ponctuel.
  • Au cas où vous ne disposeriez pas de toutes les informations demandées lors de l’entrevue, informez le journaliste que vous les lui enverrez plus tard. Prenez le soin de noter les contacts du journaliste.
  • Après l’interview, si le journaliste souhaite avoir le nom d’une personne qui pourrait lui fournir plus amples informations, demandez-lui d’entrer en contact avec votre service de communication.
  • Toujours soutenir le regard de la personne qui vous interviewe. Dans le cas d’une interview télévisée, demandez au journaliste dans quelle direction regarder quand vous parlerez (lui ou vers la caméra).
  • Lors des interviews pour la radio ou la télé, chercher à formuler des phrases courtes afin de faciliter l’édition.
Ce qu’il faut éviter

 

  • Interrompre les interviews, même pour répondre au téléphone.
  • Discriminer l’organe de presse pour lequel travaille le journaliste. Un « bleu » aujourd’hui (débutant dans la profession) peut devenir demain un éditeur de renom.
  • Annuler une entrevue programmée. Si nécessaire, proposer une autre date à l’avance.
  • Chercher à lire l’article ou choisir la photo avant la publication (cela peut offenser le professionnel).
  • Demander à se faire payer pour une interview accordée.
  • Utiliser un jargon technique ou étranger.
  • Utiliser un langage très familier ou tiré par les cheveux.
  • Parler en “off”, ou soit, demander que l’information donnée ou la source indiqué ne soient pas révélées. Attention!
  • Apparaître aux interviews ou séances photos en ayant des vêtements inappropriés (vêtements et accessoires brillants, avec des rayures ou trop voyants à la télé). L’idéal en en matière de vêtements, c’est la discrétion. L’attention du téléspectateur doit être portée sur l’entrevue et non vos vêtements.
  • Trop gesticuler, surtout durant les interviews à la radio (car vous risquez de toucher ou couvrir le micro, provoquant ainsi des problèmes acoustiques), et à la télé (cela provoque un mal-être visuel chez le téléspectateur).
  • Des expressions béquilles (“n’est-ce pas”, “vous comprenez?”).
  • Prendre le micro se trouvant dans la main du journaliste.
  • Penser que tout sera publié/véhiculé comme vous l’imaginez ou aimeriez.
  • Refuser de recevoir un journaliste parce que vous n’avez pas aimé ce qu’il a fait d’une de vos entrevues par le passé. Cette seconde chance pourrait produire de meilleurs résultats.
Résultats
 

Pour évaluer les résultats obtenus après le communiqué de presse, les conseillers élaborent un clipping (recueil d’articles publiés), pouvant être composé de coupures de journaux, de magazines, de sites web et d’enregistrements de supports électroniques (télé et radio). En plus du clipping, les conseillers doivent préparer également un rapport des activités réalisées, contenant basiquement, la liste des journalistes contactés et reçus, et le matériel produit et diffusé (communiqués, press-kits, photographies et autres).

Les insertions spontanées dans la presse sont le principal moyen de créer une image positive et crédible.

 

Katia Saisi PhD.
Journaliste avec plus de 30 ans d’expérience, spécialiste en marketing et communication et titulaire d’un master en Communication de la Faculdade Cásper Líbero, PhD en sciences politiques de PUC-SP. Elle fut enseignante dans diverses institutions, telles que l’Université de Sao Paulo, l’Université pontificale catholique de Sao Paulo, l’Université Anhembi Morumbi, l’Université presbytérienne Mackenzie, l’Université São Judas Tadeu, l’Instituto législativo Paulista, entre autres. Elle a conduit diverses campagnes électorales et conseils politiques, en mettant l’accent sur les relations avec la presse, la formation des médias et la gestion de crise. Elle est directrice de Pluricom Comunicação Integrada.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Souscrire

Souhaitez-vous quitter notre site mais rester tout de même connecter à toutes nos actualités ? Alors souscrivez à notre newsletter et recevez tous nos articles et informations sur le marketing politique.